Les bases du solfège

Un cours qui détaille les principales informations que l’on retrouve dans le solfège.

La portée

La portée est le support de l’écriture musicale, elle permet d’y inscrire les différentes propriétés sonores (hauteur, intensité, durée) et rythmique.

La portée se compose de 5 lignes verticales et de ses 4 interlignes. Elle se lit de gauche à droite.

Selon l’emplacement des notes sur la portée, elle seront plus graves (en bas de la portée) ou plus aiguës (en haut de la portée).

Les notes

Les notes permettent de déterminer la durée du son. Il existe donc plusieurs notes pour chacune des durées.

  • La ronde = 4 temps (un rond vide)
  • La blanche = 2 temps (un rond vide avec une queue)
  • La noire = 1temps (un rond plein avec une queue)
  • La croche = 1/2temps (un rond plein avec une queue crocheté)
  • La double-croche = 1/4 de temps (un rond plein avec une queue doublement crocheté)

Pour information, la queue des notes s’appelle la « hampe »

Les clés

Les notes de musique se comptent au nombre de 7 (do ré mi fa sol la si) et se répètent indéfiniment. Étant donné qu’une portée ne fait que 5 lignes, il est impossible d’y insérer toutes les notes à l’infini.

Il existe donc 3 portées qui sont identiques, mais à des octaves différentes (plus ou moins aiguë/grave), une portée se caractérise par la présence d’une des 3 clés (clé de Sol, clé de Fa ou clé de Do également appelé clé d’Ut).

La portée la plus grave est représentée par la clé de Fa, la portée intermédiaire est représentée par la clé de Do/Ut, la portée la plus aiguë est représentée par la clé de sol.

C’est pour cette raison qu’il existe 2 clés l’une au-dessus de l’autre en piano, l’une sert à la note aiguë (main droite), l’autre sert aux notes graves (main gauche).

Les silences

Le silence comme son nom l’indique est un moment où il n’y a pas de son.

Pour interpréter ces silences, certains symboles ont été créés en rapprochement avec les notes existantes.

Il existe donc une durée de silence pour chaque durée de note (4 temps, 2 temps, 1 temps, 1/2 temps, 1/4 temps…).

De gauche à droite :

  • Pause (4 temps)
  • Demi-pause (2 temps)
  • Soupir (1 temps)
  • Demi-soupir (1/2 de temps)
  • Quart de soupir (1/4 de temps)

Les altérations

Nous avons vu qu’il existe 7 notes dans la musique (do ré mi fa sol la si).

Ces notes sont séparées par un intervalle de 1 ton ou 1/2 ton :

  • Notes séparées d’1 ton : do à ré / ré à mi / fa à sol / sol à la / la à si
  • Notes séparées d’1/2 ton : mi à fa / si à do

Un moyen mémotechnique pour s’en souvenir…les « I » appellent les 1/2 ton…de mI à fa et de sI à do, il n’y a qu’1/2 ton, pour les autres il y’en a 1 entier.

Do — 1 ton — — 1 ton — Mi — 1/2 ton — Fa — 1 ton — Sol — 1 ton — La — 1 ton — Si — 1/2 ton — Do

Vous me direz « mais qu’y a-t-il entre les notes séparées d’un ton? », et bien ce sont les altérations.

Il existe 2 altérations, l’une augmente la note d’1/2 ton (le dièse symbolisé par #), l’autre abaisse la note d’un demi ton (le bémol symbolisé par b).

A ce moment il n’existe plus 7 notes mais 12 :

Do — Do#/Réb — — Ré#/Mib — MiFa — Fa#/Solb — Sol — Sol#/Lab — La — La#/Sib — SiDo

Vous l’avez remarqué, si on augmente par exemple un do d’1/2 ton (do#) et que l’on abaisse la note d’après (ré) d’1/2 ton (réb), on a la même note.

En résumé, do#=réb, ré#=mib……….on les appellent les notes « enharmoniques ».

Pour information, les notes enharmoniques sont identiques dans les instruments dit « tempéré » (guitare, basse, piano…), et non pour les instruments « non-tempéré » (violon, guitare sans frette, contrebasse…).

Si on se réfère à la portée, support de l’écriture musicale, on a plusieurs possibilités pour les altérations :

  • Les positionner en début de partition (l’armure) avec la clé : dans ce cas l’altération sera valable pour l’ensemble de la partition. Si par exemple il y a un dièse dans l’armure sur la ligne du do, dès que vous verrez un do, il faudra jouer un do#.
  • Les positionner devant une note : Dans ce cas, seules les notes de la mesure seront altérées. Je ne vois pas d’altération en armure, je joue donc la note inscrite, dès que je rencontre une altération à coté d’une note (dite altération accidentelle), je joue cette note augmenté/abaissée d’1/2 ton jusqu’à la fin de la mesure.

La dernière altération se nomme le « bécarre » , ça fonction est d’annuler les autres altérations. Je rencontre un dièse sur le do de la portée, je joue un do#, lorsque je rencontre le bécarre, je joue le do « normal ».

Bécarre :

La mesure

La mesure sépare la portée en plusieurs parties de même durée, sauf exception, les mesures ont donc toutes la même durée.

Elles se repèrent grâce à des barres verticales qui coupent la portée.

La valeur temporelle de la mesure est donnée par les 2 chiffres indicateurs en début de portée (armure), ces 2 chiffres vont nous dire combien de temps comportent chaque mesure et quel sera la durée de chaque temps.

Les chiffres indicateurs

Ces 2 chiffres sont inscrits sous forme de fraction en début de portée après la clé.

Le chiffre du haut indique le nombre de temps par mesure (2, 3 ou 4 temps), le chiffre du bas nous indique la valeur du temps par rapport à la ronde.

  • S’il y a un 1, le temps à la valeur d’une ronde,
  • s’il y’a un 2, le temps à la valeur d’une ronde divisé par 2 (une blanche),
  • s’il y’a un 4, le temps a la valeur d’une ronde divisée par 4 (une noire)….

Exemple : si les chiffres indicateurs sont 3/4, il y’aura 3 temps égale à une noire (ronde/4).

Cette théorie fonctionne avec les mesures simples (binaire), il existe ensuite les mesures composées (ternaires).

Le principe des indicateurs est le même, mais le calcul est différent. Dans le cas d’une mesure ternaire, le chiffre du haut ne représentera pas le nombre de temps, mais le nombre de tiers de temps.

Exemple : si le chiffre du haut est un 9, il n’y aura pas 9 temps, mais 9/3 de temps, soit 3.

Le chiffre du bas quant à lui sera souvent exprimé en croche, à savoir le chiffre 8 (1/8 d’une ronde).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.