Fonctionnement / les types d’amplis

Un ampli… comment ça marche ?

C’est simple me direz-vous, on branche sa guitare dessus, on le raccorde à la prise, on l’allume et hop ! ça envoie… C’est vrai… mais entrons un peu plus dans le détail.

Auteur de l’article : Yannay

Les différents éléments d’un ampli

La pré-amplification

La partie pré-amplification de l’ampli sert à amplifier (très légèrement) et modéliser le son en provenance de la guitare, pour permettre ensuite d’attaquer la partie amplification de puissance (voir paragraphe suivant). La partie pré-amplificateur permet de donner une coloration au son.

Au niveau de la partie pré-amplification, on retrouve généralement :

  • Un bouton « Gain » pour régler la saturation du signal.
  • Des boutons « Graves » / « Médium » / « Aigus » pour sculpter l’équalisation du son (EQ).
  • Un bouton « Présence » pour jouer sur « l’éclat » du son (en réalité ce bouton permet de régler les fréquences compris entre les médiums et les aiguës).

Une fois le son traité avec les différents filtres de gain et d’EQ, il est envoyé vers l’amplificateur de puissance.

Remarque : Si l’amplificateur intègre différents effets, ils sont généralement câblés en sortie pré-ampli.

L’amplification de puissance

La partie amplificateur de puissance de l’ampli, va amplifier le signal redressé de l’étage de pré-amplification pour aller attaquer le haut parleur.

Cette partie de l’ampli a pour but que de reproduire à forte puissance le signal en provenance du pré-amplificateur. La partie puissance n’a pas vocation à colorer le son (le signal doit être restitué à l’identique, mais avec une puissance beaucoup plus grande).

Au niveau de la partie amplification de puissance, on retrouve généralement :

  • Un bouton « Volume » ou « Master » pour régler le volume de sortie (en général, le bouton volume permet de régler le volume canal par canal, alors que le bouton master permet de régler le son général de l’amplificateur).

Le haut parleur

Ce dernier élément collecte le signal amplifié de la guitare en sortie de l’étage de l’amplificateur de puissance, de manière à diffuser dans l’espace le son de notre guitare.

Le haut-parleur se compose d’une bobine (fil électrique enroulé sur lui même) qui est collée à une membrane en forme de cône (la partie que l’on voit quand on se place devant tout HP traditionnel ).

Le courant électrique en sortie de l’ampli passe par cette bobine et génère un flux magnétique (c’est un phénomène électrique), ce flux est plus ou moins fort selon ce que l’ampli lui transmet. La bobine transforme ensuite ce signal électrique en force mécanique, ce phénomène se traduit par un mouvement de la membrane (création d’une onde)…une onde dans l’air se transforme en son pour nos tympans …vous entendez les vibrations de votre chère et tendre !

Les différentes technologies

Introduction

Parlons si vous le voulez bien de ce que nous lisons souvent : ampli à lampe , ampli à transistor , ampli hybride… késako ?

Quelque soit la technologie utilisér (lampe ou transistor), ces éléments font exactement le même boulot : ils amplifient le son, mais ils ne travaillent pas de la même manière ce qui implique un rendu différent.

Les lampes

Une lampe est un tube de verre dans lequel le vide à été fait (pour éviter la combustion) et on a mis des électrodes à l’intérieur.

En simplifiant : une électrode branchée sur le négatif (la cathode) est chauffée par un filament, cette cathode va générer un flux d’électrons qui va être attiré par une autre électrode branchée sur le positif (l’anode). Une troisième électrode (appelée « grille » ) va générer une perturbation de ce flux d’électrons via le signal émis par la guitare…cela affecte beaucoup la circulation du flux et on appelle ça l’amplification.

Dans notre cas la lampe est une triode (car 3 électrodes), il existe des doubles triodes qui correspondent à 2 fois ce montage dans la même lampe (les 12ax7 par exemple ), des triples montages (6k11). Les triodes sont souvent utilisées dans la partie pré-amplification d’un ampli à lampes.

Dans la partie amplificateur de puissance, les lampes fonctionnent par groupe de 2 ,4 ou 6. Elles sont plus grosses que les lampes de pré-amplification et fonctionnent avec le même principe, sauf que l’on a ajouté 2 grilles : une qui stabilise le flux et une qui absorbe les électrons « fous », ces lampes sont appelées « pentode ».

Les transistors

Un transistor est un composant électronique qui fonctionne comme une triode , il est raccordé positivement et négativement (émetteur – collecteur) et le signal à amplifier arrive par une autre entrée appelée « base ».

Cet élément est beaucoup plus petit et rapide qu’une lampe et il chauffe moins. Depuis plusieurs années il a supplanté les lampes dans beaucoup de domaines (rappelez-vous des postes de radios et téléviseurs d’antan !).

Rendu des deux technologies

Les caractéristiques de ces deux composants sont différentes en terme de « rendu » : le transistor restitue assez fidèlement le signal qu’on lui envoie, alors que la lampe donne une coloration agréable au son (son rond et chaud), ce qui est plutôt plaisant (c’est pour cette raison que cette technologie d’ampli est particulièrement appréciée des guitaristes).

Malheureusement, les amplis à lampes sont généralement beaucoup plus onéreux que leurs homologues à transistors. On trouve aussi des amplis « hybrides » reprenant les deux technologies…bref un panel assez large pour ravir chacun selon ses moyens et ses goûts.

Les différents types d’amplificateur

L’ampli à lampes

La pré-amp et l’amplification de puissance sont réalisées à l’aide de lampes.

L’ampli à transistors

L’amplification de pré-amp et de puissance sont réalisées à l’aide de transistors.

L’ampli hybride

La pré-amp est amplifiée à l’aide d’une lampe, l’amplification de la puissance est réalisée à l’aide de transistors.

Comment bien brancher son HP sur son ampli

Lorsque l’on souhaite brancher un HP externe ou remplacer le HP d’origine il faut bien faire attention à l’impédance pour ne pas risquer d’endommager l’ampli. Trois cas peuvent se présenter :

L’ampli à une sortie HP de même impédance que le HP à brancher

Exemple :

  • Sortie de l’ampli : 4 Ohms
  • Haut-Parleur : 4 Ohms

Aucun souci, c’est fait pour.

L’ampli à une sortie HP d’impédance inférieure que le HP à brancher

Exemple :

  • Sortie de l’ampli : 4 Ohms
  • Haut-Parleur : 8 Ohms

Perte de puissance sonore, à déconseiller.

L’ampli à une sortie HP d’impédance supérieure que le HP à brancher

Exemple :

  • Sortie de l’ampli : 8 Ohms
  • Haut-Parleur : 4 Ohms

On risque de griller le transfo de sortie de l’ampli (surtout pour un ampli à lampes). A NE PAS REALISER

D’une maniére générale, pour ne pas avoir de risque de détérioration du matériel, il faut veiller à respecter les impédances entre la sortie de l’ampli et le HP (impédances identiques).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.